Vides et pleins archéologiques au cours du Paléolithique supérieur (MIS 3-MIS 2) dans la grotte du Mas d’Azil (Ariège) : nouvelles données chronologiques - EHESS Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2024

Archaeological Gaps and Fills during the Upper Palaeolithic (MIS 3-MIS 2) in the Mas d’Azil Cave (Ariège): New Chronological Data

Vides et pleins archéologiques au cours du Paléolithique supérieur (MIS 3-MIS 2) dans la grotte du Mas d’Azil (Ariège) : nouvelles données chronologiques

Résumé

The North Pyrenean slope is rich in Upper Palaeolithic remains. However, the different cultures are unevenly represented, both chronologically and spatially, giving the image of a strong variability in the occupation of the Pyrenees. The Aurignacian, for example, has only a few sites in the Pyrenean foothills and is absent in the valleys floors. Similarly, the cultures of the Last Glacial Maximum suffer from a disparate representation, or even an absence in large sectors. In the Magdalenian, the sequences are rich, but not complete. What significance can we attribute to these archaeological gaps? Can they be explained by the more or less occasional absence of humans during these periods in the North Pyrenean massif and its foothills? If so, it would be necessary to explain why. Or could the observed gaps be related to phenomena of differential conservation that led to the disappearance of archaeological remains? Could a mixed solution also be envisaged? As a prerequisite to understanding the phenomena, it is essential to have chronological settings for sites with long or complex sequences, allowing a more refined perception of the Palaeolithic occupations. The Mas d’Azil cave in Ariège, through which the Arize river flows, is a very precise recorder of sedimentary processes in relation to the climatic variations of the last glacial cycle. It also contains a very long archaeological sequence that covers the whole of the Upper Palaeolithic, but which contains several gaps. The interdisciplinary study of this cavity, combining historiography, geomorphology, karstology, geoarchaeology, preventive and programmed archaeol-ogy, provides answers to the question of these archaeological “gaps” at multiple scales of observation. Indeed, the variations of these hydrosedimentary dynamics have conditioned both human occupations during the Upper Palaeolithic and the conservation or not of archaeological contexts. The present contribution proposes to evaluate, notably on the basis of a new series of unpublished radionumeric dating, which gaps are observed in the archaeological occupations. These are observed chronologically, with two main ‘gaps’ in the archaeological record: the first between the Late Aurignacian and the tenuous traces of occupation between the Late Solutrean and the Badegoulian, and the second between the Badegoulian and the Late Middle Magdalenian (LMM). The perception of these gaps can be explained in part by the different sedimentary processes that took place. For example, the Aurignacian levels were covered by several metres of fluvial sed-iment. This aggradation phase of the MIS 3-MIS 2 transition made the cave inaccessible for several millennia. On the other hand, the absence of occupation during the Lower and Middle Early Magdalenian (LEM) has no geomorphological explanation. The possibility of a cultural origin or a choice of settlement can be put forward. The gaps are also spatial, within the cave itself, with the differential distribution of remains during the Magdalenian period between the entrance area, under the porch on the left bank, and the deep areas of the cave on the right bank. Indeed, the earliest evidence of Magdalenian occupation is a rubbish level at the bottom of the ‘Péquart Hole’, on the “Rive Gauche”, attributed to the transition between the MMA and the MMR. Thereafter, all the remains of the MMR occupation seem to develop exclusively in the rooms and galleries of the right bank network and on the wall overlooking the present road (RD119). It was not until the beginning of the Upper Magdalenian period that the “Rive Gauche” was massively reinvested. The question remains as to the origin of this gap in the MMR on the “Rive Gauche”. Indeed, erosion phenomena, through the presence of a debris cone, and then collapses, have been observed but have yet to be characterised and dated more precisely. It is also possible that the populations preferred more sheltered habitat zones due to the climatic deterioration of Heinrich 1. In any case, the analysis and cross-referencing of the processes during this period provide very precise elements on the organisation of space, access and circulation of the populations inside the cave during the Middle Recent Magdalenian (MMR). Finally, these elements of reflection, if they are based on radiocarbon dating, are systematically, when possible, crossed with the study of the archeological material, which is the only way to allow a certain chronocultural attribution. Moreover, it seems, from the first studies, that the dates attributable to the Azilian from a strictly chronological point of view still correspond to the Magdalenian culture. Thus, it is the cross-referencing of these data that will provide elements for reflection on the modalities of transition between these two cultures.
Le versant nord pyrénéen présente une grande richesse en vestiges du Paléolithique supérieur. Toutefois, les différentes tradi-tions chronoculturelles sont représentées de façon inégale, d’un point de vue à la fois chronologique et spatial, renvoyant l’image d’une forte variabilité de l’occupation des Pyrénées. L’Aurignacien, par exemple, ne compte que quelques sites sur le piémont pyrénéen et est absent en fond de vallée. De même, les technocomplexes du Dernier Maximum glaciaire souffrent d’une représentation disparate, voire d’une absence dans de larges secteurs. Au Magdalénien, les séquences stratigraphiques sont riches, mais sont incomplètes. Dès lors, quelle signification peut-on attribuer à ces lacunes archéologiques ? Peut-on les expliquer par des absences plus ou moins ponctuelles des communautés humaines à ces périodes dans le massif nord pyrénéen et son piémont ? Doit-on rapporter les hiatus à des phénomènes de conservations différentielles ayant entraîné la disparition des vestiges archéologiques ? Une solution mixte peut-elle être aussi envisagée ?Avant de s’interroger sur les phénomènes, il est essentiel de disposer, pour les sites livrant des séquences longues ou complexes, de calages chronologiques autorisant une perception affinée des occupations paléolithiques. En Ariège, la grotte du Mas d’Azil, traversée par l’Arize, constitue un enregistreur très précis des processus sédimentaires en lien avec les variations climatiques du dernier cycle glaciaire. Elle recèle également une très longue séquence archéologique qui couvre l’ensemble du Paléolithique supérieur, mais qui comporte plusieurs lacunes. L’étude interdisciplinaire de cette cavité, mêlant historio-graphie, géomorphologie, karstologie, géoarchéologie, archéologies préventive et programmée, apporte des éléments de réponses à la question des « vides » archéologiques, et ce à plusieurs échelles d’observation. La présente contribution propose d’évaluer, notamment sur la base d’une nouvelle série de datations radiométriques inédites, quelles lacunes sont constatées dans les occupations archéologiques. Celles-ci sont observées sur le plan chronologique avec deux « interrup-tions » principales de l’enregistrement archéologique : la première entre l’Aurignacien récent et des traces ténues de fréquentation entre le Solutréen récent et le Badegoulien ; la seconde entre le Badegoulien et le Magdalénien moyen récent (MMR). Nos travaux montrent que ces lacunes s’expliquent en partie par les processus sédimentaires qui se sont succédé. Par exemple, les niveaux aurignaciens ont été recouverts par plusieurs mètres de sédiments fluviatiles. Cette phase d’aggradation datée de la transition MIS 3-MIS 2 a rendu la grotte inaccessible pendant plusieurs millénaires. En revanche, l’absence d’occupation pendant le Magdalénien inférieur et moyen ancien (MMA) n’a pas d’explication d’ordre géomorphologique. La possibilité d’une origine culturelle ou d’un choix d’implantation des populations peut être avancée. Les lacunes sont aussi spatiales, au sein de la cavité elle-même, avec la répartition différentielle des vestiges du Magdalénien entre la zone de porche en rive gauche et les galeries en rive droite. Le Magdalénien moyen récent (MMR) en particulier semble se développer uniquement dans les zones plus profondes de la cavité, en rive droite. Ce n’est qu’à partir du Magdalénien supérieur que le site de la Rive gauche semble réinvesti massivement. La question de l’origine de cette lacune du MMR sur la Rive gauche reste ouverte : s’agit-il de phénomènes d’érosion ou d’un habitat en zone plus abritée en concordance avec l’épisode de péjoration climatique de Heinrich 1 ? Quoi qu’il en soit, l’analyse des processus géomorphologiques durant cette période apporte des éléments très précis sur l’organisation de l’espace, les accès et la circulation des populations à l’intérieur de la grotte au cours du Magdalénien moyen récent. Enfin, ces éléments de réflexion, s’ils sont basés sur les datations par la méthode du radiocarbone, sont, lorsque cela est possible, croisés avec l’étude de mobilier, la seule qui permette une attribution chronoculturelle certaine. D’ailleurs, il semble, d’après les premières études, que certaines dates attribuables à l’Azilien d’un point de vue strictement chronologique correspondent encore à la culture mag-dalénienne. Ainsi, le croisement de ces deux types de données apporte des éléments de réflexion sur les modalités de transition entre ces deux cultures.
Fichier principal
Vignette du fichier
CPF 29 - Session D04 Pallier BAT.pdf (8.45 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt

Dates et versions

hal-04537187 , version 1 (11-04-2024)

Licence

Licence Ouverte - etalab

Identifiants

  • HAL Id : hal-04537187 , version 1

Citer

Céline Pallier, Marc Jarry, François Bon, Laure-Amélie Lelouvier. Vides et pleins archéologiques au cours du Paléolithique supérieur (MIS 3-MIS 2) dans la grotte du Mas d’Azil (Ariège) : nouvelles données chronologiques. Hiatus, lacunes et absences : identifier et interpréter les vides archéologiques. Actes du 29e Congrès préhistorique de France, 31 mai-4 juin 2021, Toulouse, Session Les espaces vides : preuves d’absences ou absences de preuves ?, Société préhistorique française, pp.65-84, 2024. ⟨hal-04537187⟩
16 Consultations
41 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More